28 février : la journée des maladies rares au Maghreb
réparation des liens morts:Signalez-nous les liens morts pour qu'on puise les remplacer dans les plus brefs délais par l’icône
la publicité gratuite pour les sites est interdite,Pour Éviter D'être Banni lisez la charte du forum ici,pour devenir annonceur consultez cette page
Connexion
suivez-nous sur facebook
Annonces médicales
pub
Les posteurs les plus actifs du mois
18 Messages - 19%
12 Messages - 13%
12 Messages - 13%
10 Messages - 11%
8 Messages - 9%
8 Messages - 9%
7 Messages - 8%
6 Messages - 6%
6 Messages - 6%
6 Messages - 6%
Le Deal du moment : -38%
Promo rare sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
Voir le deal
235 €

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Dr Khadija Moussayer
Dr Khadija Moussayer
Résident
Résident
niveau d'etude : medecin spécialiste Sexe : Féminin Messages : 61 Réputation : 1 Date d'inscription : 20/02/2017 pays : Maroc

28  février : la journée des maladies rares au Maghreb Empty 28 février : la journée des maladies rares au Maghreb

le Jeu 28 Fév - 14:44
28  février : la journée des maladies rares au Maghreb Maladi11
Journée internationale des maladies rares

80% des maladies rares sont d’origine génétique 
Le diagnostic est une question majeure

La journée Internationale des Maladies Rares (Rare Disease Day) est organisée chaque année le dernier jour de février, dans plus de 90 pays. L’objectif principal de cette journée est de sensibiliser le grand public et les décideurs sur les maladies rares et leur impact sur la vie des personnes concernées. Pour cette 12ème édition, le thème est « Vivre avec une maladie rare ».
Les maladies rares se définissent comme des affections qui touchent moins d’une personne sur 2000. Néanmoins, leur nombre important, plus de 8000 pathologies déjà recensées font que le nombre total de patients dépasse souvent le nombre de malades atteints de cancer. 350 millions de personnes dans le monde souffrent de ces pathologies.
Une personne sur 20 est concernée par les maladies rares ce qui totalise environ 1,5 million de patients algériens ou marocains atteints par une de ces pathologies.
Ces maladies sont souvent chroniques, évolutives et en général graves. Leur expression est extrêmement diverse : neuromusculaires, métaboliques, infectieuses, immunes, cancéreuses.
Parmi les maladies rares les plus connues, citons : la mucoviscidose, la maladie des enfants de la lune qui empêchent les malades de recevoir la lumière du jour, la maladie des os de verre, ou ostéogenèse imparfaite, qui rend les os extrêmement fragiles, la maladie de Huntington qui est une dégénérescence neuronale affectant les fonctions motrices et cognitives et aboutissant à une démence, la myopathie de Duchenne qui est une dystrophie musculaire progressive, les maladies lysosomales qui entraînent des handicaps physiques et neurologiques…
Entravant l’autonomie, elles empêchent souvent de bouger dans le cas des myopathies, voir pour les rétinites, respirer pour la mucoviscidose, résister aux infections pour les déficits auto-immuns…
Des priorités à mettre en œuvre dans tout le Maghreb
La journée internationale des maladies rares est une opportunité de rappeler que la vie est un parcours de santé difficile pour les personnes souffrant de ces pathologies. Cette catégorie de maladies pose au Maroc d’innombrables problèmes notamment au niveau du diagnostic et de la prise en charge. Elles souffrent en outre d’un manque d’information, d’absence de centres de référence et de compétence ainsi que de dépistage néonatal systématique pour tous les nouveau-nés. Elles souffrent également d’absence de couverture médicale universelle et de non disponibilité de certains médicaments, ce qui complique davantage leur prise en charge.
Des actions sont nécessaires dans le cadre de la création d’un plan national pour les maladies rares et notamment :

Ø encourager à la mise place d’un dossier médical unique et inciter les marocains à avoir un médecin référent ;

Ø mieux promouvoir la médecine clinique et l’information scientifique sur ces pathologies,

Ø encourager les médecins, publics comme privés, à « adopter » une maladie ou un groupe de maladies ;

Ø organiser le dépistage néonatal systématique de certaines pathologies ;

Ø mener des grandes campagnes de sensibilisation, en particulier en langue arabe ;

Ø encourager la constitution des associations des malades ;

Ø et enfin améliorer la prise en charge des patients par les assurances maladies, en considérant toutes ces maladies comme « affection de longue durée », ce qui n’est pas le cas pour la plupart actuellement.
 
Dr MOUSSAYER KHADIJA  الدكتورة خديجة موسيار
اختصاصية في الطب الباطني و أمراض  الشيخوخة Spécialiste en médecine interne et en Gériatrie

Présidente de l’Alliance  des Maladies Rares au Maroc رئيسة ائتلاف الأمراض النادرة المغرب 


VIDEO : Conférence de presse de l'Alliance des maladies rares au Maroc le 21 février 2019 à Casablanca 



Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les questions posées et les éléments de réponses apportés par les utilisateurs relèvent de leur propre responsabilité et n'engagent en rien celle de sba-medecine.com.