Images en Dermatologie / N° 2 / avril 2018
réparation des liens morts:Signalez-nous les liens morts pour qu'on puise les remplacer dans les plus brefs délais par l’icône
la publicité gratuite pour les sites est interdite,Pour Éviter D'être Banni lisez la charte du forum ici,pour devenir annonceur consultez cette page
Connexion
suivez-nous sur facebook
Annonces médicales
pub
Les posteurs les plus actifs du mois
66 Messages - 29%
23 Messages - 10%
21 Messages - 9%
20 Messages - 9%
19 Messages - 8%
18 Messages - 8%
17 Messages - 7%
16 Messages - 7%
15 Messages - 7%
14 Messages - 6%

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
fatma23
Résident
Résident
niveau d'etude : interne Sexe : Féminin Messages : 723 Réputation : 1 Date d'inscription : 10/05/2016 pays : Algérie
Feuille de personnage
Merci:Ce petit mot peu donner de la joie, où du bonheur.....:

Images en Dermatologie / N° 2 / avril 2018

le Jeu 31 Mai - 22:24
[PDF]  Télécharger gratuitement 
=====================================


Images en Dermatologie / N° 2 / avril 2018
 
 
=================================

=================================
Télécharger par ici:

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
=================================     
=================================
J’attends vos commentaires et partager avec vos confrères














Symptômes du lichen plan unguéal

 Lichen planus nail disorders

 Pr Robert Baran (Nail Disease Centre, Cannes) 

Un dermatologiste ne peut se passer d’images de qualité, auxquelles il pourra se référer tout au long de ses études et de sa carrière professionnelle. C’est dire l’intérêt scientifique que représente pour nous une revue comme Images en Dermatologie, d’autant plus que les dermatoses sont loin d’être toutes typiques. Puisque la pathologie unguéale est le centre d’intérêt de ce numéro, nous avons pensé que nous devrions lui verser notre obole en vous offrant une variété d’images pathologiques inhabituelles, auxquelles nous avons été confrontés et qui nous a permis d’ouvrir un nouveau chapitre dermatologique, le degloving, qui se décline en 5 parties dont nous ne vous proposons aujourd’hui qu'un avant-goût! Le dégantage de l’appareil unguéal décrit une avulsion partielle ou totale de l’ongle et des tissus périunguéaux. Typiquement, il apparaît comme une onychoptose (chute de l’ongle) ou un décollement partiel ou total de l’unité unguéale. Parmi les causes de dégantage décrites, on relève les traumatismes, les maladies iatrogènes, les affections gangréneuses, les causes dermatologiques, parmi lesquelles on trouve une variété particulière de psoriasis, une épidermolyse bulleuse, une maladie de Kawasaki et un cas de lichen plan.


Discussion

 Le carcinome épidermoïde de l’appareil unguéal est assez rare, même si c’est la tumeur maligne la plus fréquente dans cette localisation. Il peut être confondu avec une verrue vulgaire, une onychomycose, une paronychie chronique, un botrio mycome, une tumeur glomique, un ongle incarné, une exostose sous-unguéale, une infection osseuse chronique, un kératoacanthome ou une prolifération mélanocytaire bénigne ou maligne comme dans notre cas  (1) . Les formes verruqueuses des replis laté- raux sont néanmoins les plus fréquentes, et on estime que le délai moyen avant le diagnostic est d’environ 6 ans. Les hommes sont plus souvent atteints que les femmes (sex-ratio : 2:1) avec un âge moyen de 60 ans, mais des sujets plus jeunes peuvent être touchés, en particulier les grands fumeurs  (2) . Les traumatismes répétés, une infl ammation chronique, une exposition chronique aux ultraviolets, aux rayons X, à l’arsenic ou aux hydrocarbures aromatiques, les cicatrices de brûlures, les génodermatoses prédisposant aux cancers cutanés, l’immunosuppression et l’infection par le HPV constituent les principaux facteurs de risque. Il peut prendre son origine au niveau du lit de l’ongle, de la matrice ou des replis latéraux, ce qui conduit à différentes présentations cliniques : hyperkératose, onycholyse, paronychie, bourgeon charnu, érythronychie longitudinale, etc. La présence d’une ulcération, d’un saignement, d’un nodule ou d’une douleur est en faveur d’un caractère infi ltrant de la tumeur. L’atteinte est habituellement monodactylique, et les mains sont plus souvent atteintes que les orteils. Les formes polydactyliques sont rares mais plus fréquentes chez les patients immunodéprimés ou exposés aux radiations ionisantes. L’atteinte osseuse est observée dans 20 % des cas, et l’extension ganglionnaire, dans 2 % des cas. 
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les questions posées et les éléments de réponses apportés par les utilisateurs relèvent de leur propre responsabilité et n'engagent en rien celle de sba-medecine.com.