Navigation


 ARTICLES EN LIGNES


 Retour au forum

Forum sba-médecine   

Le dostarlimab, Découverte majeur contre le cancer du rectum ?

dr.adrenaline | Publié le ven 10 Juin - 19:43 | 3355 Vues

Un petit essai clinique mené auprès de 12 patients atteints de cancer du rectum a permis de constater une rémission chez 100 % d'entre eux, selon un nouvel article publié dans The New England Journal of Medicine.

Tous les patients ont pris du dostarlimab, un anticorps monoclonal, toutes les 3 semaines pendant 6 mois. Au cours du suivi, le cancer avait disparu à l'IRM, au PET scan, aux biopsies, aux tests endoscopiques et aux examens physiques.

dostarlimab:Ce médicament appartient à la famille inhibiteurs de point de contrôle immunitaire. Utilisés en immunothérapie, ces traitements bloquent certaines protéines, au niveau des "points de contrôle", pour permettre au système immunitaire d’agir et de détruire les cellules cancéreuses. "Ce sont des médicaments qui existent depuis longtemps dans le traitement du mélanome et d'autres cancers, mais qui n'ont vraiment pas fait partie des soins de routine des cancers colorectaux jusqu'à assez récemment"

"Je crois que c'est la première fois que cela se produit dans l'histoire du cancer",

a déclaré au New York Times le docteur Luis Diaz Jr, auteur principal de l'étude et oncologue au Memorial Sloan Kettering Cancer Center de New York.

L'étude, qui était parrainée par la société pharmaceutique GlaxoSmithKline, a été présentée dimanche lors de la réunion annuelle de l'American Society of Clinical Oncology. Les auteurs de l'étude ont fait état de plusieurs surprises : Aucun des patients n'a eu besoin d'autres traitements associés au cancer du rectum, tels que la chirurgie ou la chimiothérapie, et aucun n'a eu de complications cliniquement significatives.

"Il y avait beaucoup de larmes de joie",

a déclaré au journal Andrea Cercek, MD, auteur principal de l'étude et oncologue au Memorial Sloan Kettering Cancer Center.



En général, environ un patient sur cinq réagit mal à des médicaments comme le dostarlimab, qui est un inhibiteur de point de contrôle, selon le Times. Le médicament révèle les cellules cancéreuses au système immunitaire, ce qui lui permet de les identifier et de les détruire. Les complications graves peuvent inclure une faiblesse musculaire et une difficulté à avaler.

Les chercheurs en cancérologie ont convenu que les résultats devront être répétés dans le cadre d'études de plus grande envergure, principalement parce que la petite étude portait sur des patients dont les tumeurs présentaient une signature génétique rare, connue sous le nom de déficit de réparation des mésappariements. Les patients étaient également atteints d'un cancer du rectum localement avancé, qui s'était propagé dans le rectum et parfois dans les ganglions lymphatiques, mais pas dans d'autres organes.

Les résultats sont "une raison d'être très optimiste", a écrit Hanna Sanoff, MD, oncologue au Lineberger Comprehensive Cancer Center de l'Université de Caroline du Nord, qui n'a pas participé à l'étude, dans un éditorial qui accompagnait l'article.

Mais l'étude était de petite taille, a-t-elle noté, et il faudra du temps pour comprendre si les patients resteront en rémission.

"On sait très peu de choses sur la durée nécessaire pour savoir si une réponse clinique complète au dostarlimab équivaut à une guérison", a-t-elle écrit.

Le médicament coûte environ 11 000 dollars par dose, selon le journal.

source:

The New England Journal of Medicine: “PD-1 Blockade in Mismatch Repair-Deficient, Locally Advanced Rectal Cancer,” “Improving Treatment Approaches for Rectal Cancer.”

ClinicalTrials.gov: “Study of Induction PD-1 Blockade in Subjects With Locally Advanced Mismatch Repair Deficient Solid Tumors,” NCT04165772.

À propos de l'auteur